HOP’EN, un prolongement du programme Hôpital Numérique (HN)

La transition numérique de notre système de santé et de cohésion sociale est un levier essentiel pour améliorer non seulement la qualité de prise en charge des usagers, mais également la performance globale des établissements de santé.

C’est dans cette perspective que le programme Hôpital Numérique 2012-2017 a été lancé par la direction générale de l’offre de soins (DGOS) en 2011, afin de définir un plan de développement et de modernisation des SIH. Ce programme est prolongé via le programme HOP’EN pour la période 2019-2022.

Les enjeux de la transition numérique pour le système de santé français

Cette transition numérique offre notamment des solutions innovantes aux problèmes d’accès aux soins, de coordination des professionnels entre eux et avec les usagers, et d’amélioration des techniques de diagnostics et de soins. Elle permet à la France de se positionner à la pointe de la médecine mondiale.

Les études montrent également que l’informatisation permet d’améliorer les consultations grâce à un meilleur accès aux informations, d’optimiser les taux d’utilisation des équipements médicaux, de consommer moins de médicaments et d’éviter la redondance des actes (Lire le rapport complet du Ministère de la santé sur l’accès à la transition numérique du système de santé).

Programme Hôpital Numérique (HN) : quel bilan ?

Selon le rapport de la DGOS en mai 2018, Le programme HN s’est caractérisé par un volet financier innovant, se traduisant par un financement des établissements de santé conditionné à l’atteinte de cibles d’usage sur les domaines d’informatisation prioritaires (accès aux résultats d’examens, dossier patient informatisé interopérable et alimentation du DMP, prescriptions électroniques alimentant le plan de soins, programmation des ressources et agenda unique du patient, pilotage médico-économique).

Près de 95% de l’enveloppe de 400 millions d’euros consacrée au programme Hôpital Numérique ont été consommés pour financer 1.239 projets portés par 880 établissements (46% d’établissements privés, 39% d’établissements publics, 15% d’Espic et de centres de lutte contre le cancer -CLCC).

Si les établissements ont parfois rencontré des difficultés à atteindre les cibles d’usage, Hôpital Numérique a tout de même permis une réelle progression du niveau global des SIH ainsi qu’une prise de conscience de leur importance au niveau stratégique.

Le programme HOP’EN : pour un Hôpital ouvert sur son environnement

Le programme national HOP’EN prend le relai du programme Hôpital numérique pour la période 2019-2022.

Si le programme HOP’EN maintient sa logique de financement à l’usage, les prérequis historiques Hôpital Numérique voient leurs exigences considérablement augmenter en cohérence avec le plan d’action 6-12-18 mois de la DSSIS ou le nouveau Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

La feuille de route du programme HOP’EN prévoit également l’ajout d’un nouveau prérequis relatif aux outils de partage et l’échange d’informations via l’alimentation du DMP (dossier médical partagé), le recours à la messagerie sécurisée de santé (MSSanté) ou encore l’alimentation du répertoire opérationnel des ressources (ROR).

La DGOS a décidé de poursuivre ce processus d’amélioration des SIH en ajoutant deux domaines prioritaires aux cinq domaines historiques, à savoir : communication et échanges avec les partenaires et services en ligne pour les patients. L’objectif étant de :

  • Faciliter les liens des établissements avec les patients (prise de rendez-vous et paiement en ligne, préadmission en ligne, utilisation d’un dossier médical personnel universel, etc..),
  • Accélérer les liens entre l’hôpital et les professionnels de santé de ville (prise de rendez-vous via Internet, résultats d’analyses en ligne, compte-rendu d’examen d’imagerie, etc.). 
  • Assurer l’harmonisation numérique des hôpitaux sur un même territoire.

Ce programme sera doté de 420 millions d’euros pour mettre en œuvre ces nouvelles ambitions. L’objectif affiché par la DGOS pour les établissements sanitaires est d’avoir atteint 100% des prérequis et les domaines 1 à 5 dès 2022.